Alt 236 La chaîne de l’étrange
février 2022
Curiosités
Réalisations

« Le jour où ma mère m’a traîné contre mon gré à une exposition sur Jérôme Bosch, je me souviens avoir été magnifiquement traumatisé par ce que je venais de voir. Contempler de tels monstres dans une peinture classique, découvrir par ce biais le surréalisme et l’horreur fut une expérience qui résonne encore aujourd’hui en moi. »

« Tu devrais regarder les vidéos d’Alt 236 », c’est ce que m’a conseillé un jour un ami sans me donner plus d’informations. Je l’ai écouté. Et j’ai bien fait…

Quelle a été ma surprise lorsque je suis tombée sur cet ovni de chaîne dissimulée parmi l’infinité du contenu de YouTube ! Alt 236 c’est d’abord son créateur, Quentin, un ancien professeur d’art plastique au parcours singulier, fasciné par l’étrange et l’horreur. Ayant fait des études de droit, puis d’art aux Beaux-Arts pour ensuite s’orienter dans la criminologie, Quentin choisit finalement de se consacrer à sa chaîne YouTube.

Chacune de ses vidéos nous plongent durant une trentaine de minutes dans des univers vastes et variés, allant du cinéma à la peinture, en passant par le jeu vidéo ou le manga. Guidés par la voix de Quentin, nous explorons des milieux sombres et macabres de l’histoire de l’art et de la pop culture que nous connaissons plus ou moins. Selon moi, Alt 236, c’est un peu comme une promenade le long de sentiers qu’on n’oserait pas explorer, parce qu’ils nous terrifient. Mais Quentin, tel un conteur, nous y accompagne et nous rassure en nous racontant des histoires, en expliquant des faits historiques ou pas, en nous proposant des petites anecdotes. Il nous ouvre des portes vers l’étrange et nous fait voir la beauté de ces petites choses qui dérangent dans ces univers très noirs, parfois même cauchemardesques.

Chaque vidéo a une thématique donnée, c’est comme assister à une grande dissertation visuelle et sonore. Très travaillées et montées, elles nous absorbent et nous offrent de multiples références. Nous les auscultons et les analysons ensemble, explorons des figures monstrueuses et mythologiques (celles d’hier comme celles d’aujourd’hui), ou encore assistons à des portraits d’artistes qui ont marqué l’histoire de l’art (allant de Hieronymus Bosch à Hans Ruedi Giger). On se questionne et on s’enfouit dans ce qui nous repousse et nous dérange, en observant des extraits de films ou les détails d’une peinture, tout ça en écoutant simplement une voix qui nous devient familière. Ce qui crée l’univers si singulier de cette chaîne YouTube, c’est aussi les ambiances sonores qui contribuent à son climat. Quentin compose lui-même (parfois avec l’aide d’amis) les bandes-son de ces vidéos. On peut dire que l’informatique est son instrument de musique : il compose de la MAO (Musique Assistée par Ordinateur). Ce curieux genre, apparu dans les années 70,  contribue à nous immerger dans l’univers atypique et ténébreux du youtubeur.

body_horror

 

À mon sens, la vidéo sur le Body Horror illustre entièrement le travail de Quentin. Il nous expose ce sous-genre de l’horreur en nous avertissant de son contenu difficile à regarder. Ce court-métrage est assez personnel puisque son créateur l’amorce en nous parlant de la vision de son propre corps, de ses propres complexes.

« Accrochez-vous, prenez une profonde inspiration et plongez avec nous dans les entrailles du body horror ».
Sans se mettre en scène (à son habitude) ni même apparaître à l’image, Alt 236 nous porte grâce à sa voix dans les méandres de ce cinéma que l’on a tendance à aborder à reculons… On assiste à un défilement d’extraits de films qui nous mettent face à nos angoisses, mais qui, en même temps, nous captivent. Je pense que c’est aussi ça que veut nous faire ressentir Alt 236 : cette jouissance et fascination que l’on a tous plus ou moins face au monstrueux. En s’intéressant à ce cinéma qui rebute souvent, on apprend qu’il apparaît comme un moyen d’exorciser nos peurs, qu’il est presque une façon de combattre et dompter nos frayeurs liées au corps.
(attention le contenu est sensible, la vidéo sur le body horror est déconseillée aux personnes de moins de 16 ans)

petit + :
pourquoi Alt 236 ? C’est le raccourci clavier pour écrire le signe de l’infini. L’auteur de la chaîne souhaitait trouver un nom qui exprimait une idée en rapport avec l’art, le cinéma, l’horreur et les « vertiges artistiques ».

Enseignants

Olivier Poncer
étudiants

Violette Le Gendre