Graines libres !
février 2022
Curiosités
Réalisations

La semence est à la source de notre nourriture. Il y a un siècle, les paysans faisaient leur propre semence d’une année à l’autre, puis, les hybrides F1 se sont imposées et seules les variétés inscrites au « Catalogue officiel » ont désormais le droit d’être semées et commercialisées. Les semences paysannes, libres et reproductibles, sont devenues illégales, entraînant une grande extinction des variétés cultivées.

Depuis 1932, le Catalogue officiel des espèces et variétés végétales liste toutes les variétés de semences autorisées à la vente, qui doivent répondre à des critères de stabilité, homogénéité, performance, résistance, pensés pour l’agriculture conventionnelle. Pour l’essentiel, les semences autorisées sont des Hybrides F1, comme « fécondation 1 » ou « fratrie 1 ».

Cela signifie que ces plantes ont été hybridées par un procédé scientifique afin d’associer les qualités des deux parents dans une nouvelle génération. Par exemple, le croisement d’une variété de grosses tomates vertes avec des petites tomates rouges donnera de grosses tomates rouges. Les Hybrides F1 constituent donc la première génération d’un croisement de deux individus de lignée pure (population reproduite entre elles donnant des individus identiques) qui donnera des variétés toutes identiques.

Les plantes ont ainsi un rendement supérieur, les fruits et les légumes deviennent visuellement plus conformes à l’image que l’on s’en fait, plus robustes pour le transport et plus résistants lors de leur croissance. Les hybrides F1 sont donc une pure création de l’industrie semencière pensée pour l’agriculture conventionnelle sans prendre en compte les aspects gustatifs et nutritionnels.

Les graines hybrides sont bien reproductibles, mais la deuxième génération voit son rendement diminuer d’environ 20 %, les caractéristiques ne sont plus identiques, les plants sont donc moins productifs, de tailles différentes et plus sensibles aux maladies. Ce qui contraint les agriculteurs à racheter des semences hybrides pour bénéficier du même rendement.

Ces graines sont également brevetées, chaque personne souhaitant les utiliser est obligée de rémunérer financièrement le propriétaire du brevet, à la différence des semences paysannes qui restent libres de droits.

Les variétés, dites paysannes ou anciennes, sont avant tout des variétés locales. Avant l’existence des grands groupes industriels semenciers, les paysans et les jardiniers produisaient eux-mêmes leurs semences. Une partie des récoltes de l’année était conservée pour les semis de la saison suivante. Ce travail de sélection, génération après génération, permet à la plante de s’adapter à un sol, à un climat et d’être plus résistante à certaines maladies ou ravageurs. Ces semences sont donc directement issues de celles que les paysans ont sélectionnées et multipliées avant de la sélection variétale en lignée pure moderne.

Contrairement aux hybrides F1, les fruits et les légumes seront moins homogènes, mais les goûts, les formes, les couleurs seront plus riches, tout comme les qualités nutritionnelles. Elles peuvent être reproduites librement, ne sont ni brevetées, ni inscrites au Catalogue officiel, ce qui les rend interdites à la vente.

Certaines associations comme le Réseau Semences Paysannes, Kokopelli, travaillent et militent pour conserver et distribuer ces semences libres de droits. Depuis plus de 20 ans, Kokopelli recense, cultive et vend de nombreuses variétés, dans l’illégalité. Le refus de la réglementation en vigueur a conduit l’association à plusieurs reprises devant les tribunaux, qui l’ont condamnée à des amendes, mais paradoxalement, l’association est connue dans le monde entier pour son engagement et n’a pas cessé son activité.

Mais son combat a permis l’adoption d’une loi en juin 2020 autorisant la vente de semences paysannes, aux particuliers uniquement. Il reste toutefois une importante bataille à mener, celle de l’autorisation de la commercialisation des semences paysannes en agriculture conventionnelle afin de retrouver une autonomie agricole, une diversité plus importante et ainsi une vulnérabilité moindre.

Sources
• https://www.gerbeaud.com/jardin/decouverte/hybrides-f1.php
• https://fr.wikipedia.org/wiki/Semence_paysanne
• https://agriculture.gouv.fr/le-catalogue-officiel-des-varietes-quest-ce-que-cest
• https://www.franceculture.fr/environnement/les-semences-paysannes-enfin-autorisees-a-la-vente-aux-particuliers
• Graines de Rebelles, France 2, octobre 2015
• La semence dans tous ses états, Christophe Guyon, 2012

Enseignants

Olivier Poncer
Aurélie Gasche
étudiants

Agathe Meunier