FRACAS
février 2022
Curiosités
Réalisations

Trop parler ou bien pas assez, prendre la parole, se dévoiler, parler à l’autre ou bien de l’autre, se faire entendre, parler fort, couper la parole, mais aussi la laisser, écouter, se taire, apprécier un silence, laisser place à l’autre. Avoir peur, être à l’aise, avoir du courage, oser, se figer, être silencieux, combler le vide, créer un lien, un rapport de force ou de pouvoir.

La parole est omniprésente dans notre société, elle est politique, engagée, intime, elle est précieuse, car beaucoup n’y ont pas le droit. Elle est symbole de liberté.

Je m’intéresse aujourd’hui au podcast Fracas, produit par Louie Media sur ce sujet si vaste et complexe qu’est la parole. Fracas est un podcast né le 26 août 2020, présenté par Charlotte Pudlowski, sa créatrice. Chaque jeudi, elle interroge un aspect de la parole, avec un invité qui parle de son rapport à celle-ci. Une multitude d’aspects de la parole sont questionnés, étudiés et analysés. Chaque épisode dure une vingtaine de minutes.

Dans un premier temps, j’aimerais parler de la forme de ce média. Le podcast, c’est d’abord un enregistrement, une personne qui prend la parole, qui peut la partager avec un invité ou qui parfois parle seul. Un podcast c’est l’enregistrement d’une discussion, d’une histoire, d’une voix. Ce que j’apprécie avec ce média, c’est l’absence de visuel qui accompagne les voix lors de l’écoute. Le public est plongé dans une intimité sonore. Le podcast c’est donc intime, une prise de parole qui n’est pas interrompue, ou le public ne fait qu’écouter.

Charlotte Pudlowski est une journaliste, autrice et entrepreneuse française née en 1986 à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Ancienne rédactrice en chef du magazine Slate et du podcast Transfer, elle co-fonde en 2017 avec Mélissa Bounoua, le studio de production de podcasts narratifs : Louie Media.

Mais alors, pourquoi ce nom : Louie Media ? Il y a d’abord le jeu de mots, Louie comme l’ouïe, puisque c’est la création d’une plateforme d’écoute. Les fondatrices expliquent que les enregistrements sur lesquels elles travaillent sont intimes, il y a bien sûr Fracas, mais aussi Émotions, Entre, Manger, Le book Club, et bien d’autres. Elles ont voulu personnifier leur société de production, la rendre plus personnelle, et ont donc choisi un prénom comme appellation. Louie avec un « e » pour avoir un prénom féminin, oui, Louie Media est une société de production de podcasts entièrement créée et gérée par des femmes. Par ailleurs, c’est Charlotte Pudlowski elle-même qui présente son podcast Fracas, une voix féminine qui ose se faire entendre, s’impose et questionne la place que prend sa parole. Une voix qui porte le souffle d’un engagement féministe, une voix qui représente une force.

Un podcast, ce n’est pas seulement une écoute. C’est aussi une plateforme que l’on retrouve sur la toile, depuis notre ordinateur, notre téléphone ou notre tablette. Une plateforme qui donne accès aux enregistrements, liste et décrit brièvement les épisodes. Chez Fracas, ceux-ci apparaissent dans l’ordre chronologique, l’utilisateur peut choisir de les voir apparaître du plus récent au plus ancien ou inversement du plus ancien au plus récent. Il peut également choisir d’afficher en priorité ceux qu’il n’a pas encore écoutés. Pour chaque épisode, l’utilisateur voit directement sa date de sortie, sa durée et les premières lignes de sa description.

Fracas c’est beaucoup d’écoute, et une image qui illustre le tout. Cette image, c’est une peinture qui représente un personnage, de profil et beaucoup d’aplats de couleurs qui semblent partir de sa bouche vers des directions contraires. Ces aplats de couleurs donnent l’impression d’être des flots de paroles, dans lesquels le personnage semble vaciller. Son visage n’est pas visible, mais il semble à la fois perdu et acteur de ce fracas. Fracas fait référence à un bruit violent et soudain, à quelque chose qui se brise, qui se heurte. Fracas fait écho à ce qui éclate où s’effondre, c’est une agitation bruyante.

Fracas raconte des histoires personnelles, intimes, Fracas s’immisce dans la vie des gens, mais parle à tout le monde. Pour chaque épisode, Charlotte Pudlowski reçoit un invité et aborde un sujet précis concernant la parole. La parole qui devient violence, la parole qui donne du pouvoir, la parole dans notre quotidien ou encore le silence, tout y passe. Fracas reste ancré dans le temps et évolue avec l’actualité, par exemple avec un épisode récent intitulé : Comment le confinement transforme nos conversations. Pour cet épisode, Charlotte Pudlowski reçoit François De Singly, un sociologue français.

Il nous explique alors ce qu’il se passe avec la parole lorsque l’on est confiné. Nos interactions sociales évoluent forcément. François De Singly analyse les différents types de conversations, les définit et observe ce qu’il se passe lorsque le contexte change.

Être confiné fait disparaître une grande partie des liens sociaux dont on ne parle jamais : les liens faibles, ceux qui représentent les discussions anodines. Celles que l’on a avec des inconnus, comme un échange rapide avec votre boulanger, demander l’heure à un passant, saluer votre conducteur de bus. À l’inverse, toutes les conversations qui nous restent pendant ce confinement sont importantes : un discours d’Emmanuel Macron que l’on écoute, ou les discussions avec nos proches. Dans ce contexte, les liens forts ne sont pas perturbés, mais les liens faibles, eux, disparaissent presque complètement. Il y a également ces liens, a priori faibles, qui se transforment en liens plus forts puisque la parole n’est plus encadrée. Par exemple, le lieu de travail n’en est plus un puisque chacun travaille depuis chez soi. Les conversations avec nos collègues changent, nous sommes en réunion depuis notre espace intime, chacun prend des nouvelles de l’autre, la parole se libère et les liens faibles se renforcent.

La parole évolue sans cesse, prend une place très différente d’un individu à un autre, se construit et s’apprend chaque jour. Omniprésente dans notre société, pourquoi ne pas plus en parler, justement, de cette parole ? Quoi qu’il en soit, vous pouvez écouter des personnalités en discuter avec Charlotte Pudlowski, sur Fracas.

Enseignants

Olivier Poncer
étudiants

Thaïs Ayache